Les étudiants du MIT, spécialistes du Blackjack ont bien faillis ruiner les casinos de Las Vegas

Leurs exploits ont fasciné les amateurs de jeu, provoqué l’admiration des statisticiens et des mathématiciens, et inspiré la littérature et le cinéma : l’équipe de blackjack du MIT a en effet gagné des millions de dollars dans les casinos du monde entier en utilisant des techniques de comptage de cartes, réalisant par là le rêve de tout joueur.

L’histoire de cette légendaire équipe de blackjack commence à Cambridge, sur le campus du prestigieux Massachussetts Institute of Technology (MIT). En 1979, six étudiants commencent à mettre en pratique des techniques de comptage des cartes dans les casinos d’Atlantic City, pendant les fins de semaine et les vacances. Une année plus tard, J. P. Massar, un des membres de la bande, surprend une conversation sur le blackjack dans un restaurant chinois de Cambridge : c’est ainsi qu’il rencontre Bill Kaplan, qui deviendra par la suite le chef du groupe.

Contrairement à ses compères, Kaplan sortait de l’Harvard Business School. Il était tout aussi intéressé qu’eux par les techniques de comptage des cartes, qu’il avait déjà testées dans les casinos de Las Vegas. Massar, observant Kaplan à l’œuvre, remarque tout de même que sa méthode, extrêmement complexe, conduit à de nombreuses erreurs. L’équipe adopte alors un système plus simple, basé sur la technique du Hi-Lo, qui consiste à compter les cartes déjà jouées, en estimant la probabilité d’obtenir une carte « haute » ou une carte « basse ». Différents rôles étaient assignés aux membres de la bande ; certains se contentaient de compter les cartes, en jouant petit pour ne pas attirer l’attention, et faisaient signe aux « Gros joueurs », qui cassaient la banque.

Bill Kaplan avait d’autre part un projet bien précis pour l’équipe. Pour lui, ce n’était pas un divertissement, mais une véritable entreprise, qui avait besoin d’investisseurs et de discipline. Grâce à lui, les étudiants du MIT vont donc passer aux choses sérieuses, doublant, dès 1980, leur financement initial de 89 000 dollars en moins de trois mois. L’équipe gonfle également ses rangs, en recrutant de nouveaux membres sur le campus de Cambridge. En 1984, elle compte ainsi quelques 35 personnes, payées jusqu’à 500 dollars de l’heure. Cependant, les casinos commencent à les reconnaître, et il leur devient difficile de pratiquer leur système.

Au début des années 90, l’équipe connaît un nouveau souffle. La grande époque de l’équipe du MIT commence : riche d’environ 80 membres, la bande conquiert les casinos de Monte-Carlo, d’Atlantic City, de la Nouvelle-Orléans et de Las Vegas. Limousines, suites luxueuses, jets privés, champagne et poches remplies de cash, l’équipe menait grand train, lorsqu’elle n’était pas en train d’étudier sur les bancs de l’université. Et, quand un compteur de cartes était identifié par le personnel d’un casino, il suffisait de le remplacer pour continuer à dévaliser la banque. Kaplan, quant à lui, était devenu si célèbre qu’il ne pouvait plus mettre le pied dans les salles de jeu. En 1994, la bande se scinde en deux, ce qui annonce la fin de l’aventure. Elle inspirera ensuite un roman de Ben Mezrich ainsi que le film 21, et continue aujourd’hui à fasciner les amoureux de blackjack.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *