Jouer en ligne augmente le risque d’addiction, que ce soit au poker, aux paris sportifs et hippiques ou aux divers jeux de casinos.

Pour certains joueurs, se lancer dans une partie de roulette, parier sur une course de chevaux ou s’inscrire à un tournoi de poker n’est pas un plaisir, mais participe d’une spirale infernale qui met en danger leur famille, leur emploi et leurs finances. Tout comme l’alcool ou la cocaïne, le jeu peut entraîner une forte dépendance : un problème rendu encore plus aigu avec l’apparition des casinos en ligne.

Le jeu pathologique se définit comme un comportement excessif, qui a un impact fortement négatif sur la vie sociale, personnelle et professionnelle de la personne atteinte. Comme dans une addiction aux drogues, la perte de contrôle s’accompagne de symptômes de sevrage en cas d’arrêt, qui vont de l’envie impérieuse de jouer à l’angoisse. Certains joueurs compulsifs vont même jusqu’à commettre des actes illégaux pour se procurer de l’argent et continuer à jouer.

Les études sur la question de l’addiction permettent de dresser le portrait des personnes à risque au Canada, où, tout comme aux Etats-Unis, la dépendance au jeu est plus forte qu’en Europe. On fait généralement la différence entre les joueurs « à risque », qui, au Québec par exemple, représenteraient près de 45% des joueurs de poker, et les joueurs « pathologiques », que la même étude estime constituer environ 10% de la masse des joueurs. En général, ce sont des jeunes hommes, célibataires, qui n’ont pas fait d’études supérieures. Les adolescents sont tout particulièrement vulnérables tandis que, chez les femmes, la dépendance arrive bien souvent plus tard. L’addiction peut surgir dès le premier contact avec la table de roulette ou le bookmaker, ou adopter une évolution plus lente. Les études montrent par ailleurs que les hommes ont tendance à se diriger vers des jeux où la stratégie joue un grand rôle, comme le poker, et que les femmes préfèrent les jeux moins interactifs, de type machines à sous. Les joueurs compulsifs âgés de plus de 40 ans se dirigent plutôt vers les paris, tandis que, chez les plus jeunes, le poker est le jeu de choix. Certains chercheurs font d’ailleurs, par analogie avec l’univers des drogues, une différence entre les jeux dits « doux », comme la loterie et les paris sportifs, les jeux « durs », où on retrouve la roulette, le blackjack, les machines à sous et les paris hippiques.

L’arrivée sur le marché des premiers casinos en ligne, à la fin des années 90, a changé la donne dans le monde des jeux d’argent, en les rendant encore plus faciles d’accès. Avec plus de 2000 casinos virtuels en fonctionnement aujourd’hui, le risque d’addiction a considérablement augmenté. En effet, participer à une partie de backgammon ou de poker sur Internet est bien moins coûteux et bien plus simple que de se rendre dans un casino, parfois situé à des centaines de kilomètres. Pour protéger au maximum les joueurs, il est donc nécessaire que les opérateurs interdisent l’accès aux moins de 18 ans et mettent l’accent sur la prévention, au travers de partenariats avec des associations, ou en se mettant en conformité avec le cahier des charges d’organismes indépendants comme l’eCOGRA.

Le Meilleur Casino de l'Année 2017

Royal Vegas a été élu la meilleure destination Canadienne par nos editors, des passionnés des jeux d’argent en ligne, et ceci pour la deuxième année consécutive !

  • Sûr, Dépôts Faciles (dont eCheck) & Retraits Rapides.
  • Accepte les cartes de crédit canadiennes.
  • Sérieux et avec license.

Visiter http://RoyalVegas.com 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *